Vintage

40 ans, enfin!

Your performance partner

Les amoureux de voitures anciennes applaudissent la décision du gouvernement de considérer les véhicules de plus de 40 ans comme vintage et de baisser le coût de leur enregistrement. Ces mesures permettront de revitaliser le secteur, estime Krishna Thirapathi, président de l’Automobile Association.

Les amateurs de voitures vintage affichent la satisfaction. En effet, le gouvernement a décidé que les véhicules de plus de 40 ans seront désormais aussi considérés comme vintage et il ne suffira que de Rs 1 000 pour l’enregistrement d’achat et pour renouveller la «déclaration».

Cette décision va encourager les amateurs des voitures vintage à nourrir davantage leur passion, explique Krishna Thirapathi, président et fondateur de l’Automobile Association. Celle-ci regroupe des amoureux de voitures vintage et l’un de ses principaux objectifs est de faire découvrir aux Mauriciens les voitures vintage et classiques.

« Nous sommes l’association dont les voitures sont les plus vues par les Mauriciens dans les expositions », soutient le président.

Krishna Thirapathi est d’avis que cette décision permettra également de renforcer une petite industrie autour des voitures (mécanicien, électricien, garnisseur). Elle pourrait aussi inciter des jeunes à s’intéresser à ce domaine et aux services qui gravitent autour. Selon le président de l’Automobile Association, la plupart de ceux qui travaillent sur les voitures vintage sont âgés et la relève est loin d’être assurée.

Un premier pas avait été franchi en 2013 quand le gouvernement avait décidé de bien définir les voitures vintage et classiques tout en offrant des exemptions douanières et une baisse de la Road Tax, entre autres. « Mais tout cela était limité aux voitures enregistrées avant 1970. Avec la loi de 2017, toutes les voitures de plus de 40 ans bénéficient des mêmes avantages. Cette loi permettra d’augmenter le parc de vintage cars à Maurice. Auparavant, c’était réservé aux voitures qui avaient été enregistrées avant 1970. Maintenant, c’est pour les voitures de plus de 40 ans », explique Krishna Thirapathi.

Ce dernier souligne que le plus important, c’est que la décision prise en 2013 a permis la préservation du patrimoine automobile mauricien, notamment en baissant les coûts d’entretien. Quant au changement apporté à la loi en 2017, il permet d’augmenter le nombre de modèles et de marques de voitures qui bénéficient de ces avantages.

Selon lui, la plupart des voitures concernées sont rarement sur les routes et beaucoup font moins de 1 000 kilomètres par an. « Les coûts d’entretien de ces voitures sont relativement plus élevés si on calcule le nombre de fois où elles sont utilisées.

Cette décision permettra également de renforcer une petite industrie autour des voitures (mécanicien, électricien, garnisseur) et peut être aussi incitée des jeunes à s’intéresser et a se spécialiser sur ces services.

Les propriétaires les utilisent rarement, ce qui fait augmenter les coûts de maintenance. Ils découragent les propriétaires de garder leurs voitures.

Ce qui explique pourquoi la plupart d’entre elles ont fini à la casse dans le passé. Il s’agit maintenant de préserver celles qui sont toujours en état de rouler tout en permettant au parc des automobiles de collection de se renouveler et de s’agrandir grâce à l’importation.

Cette nouvelle mesure comporte cependant deux risques, fait ressortir Krishna Thirapathi. Des personnes pourraient être tentées d’utiliser ces voitures comme taxi marron du fait du coût moins élevé de la Road Tax. Ensuite, des voitures importées risquent de finir au fond d’un garage.

Sanjeev Radhay, un avocat français d’origine mauricienne est également un collectionneur. Il a suggéré de nombreux amendements à la loi afin que les voitures mises en circulation après le 31 décembre 1969 puissent être reconnues comme vintage. Aujourd’hui, par exemple, il n’est pas clair si les autobus ou les camions peuvent être importés comme véhicules vintage.

Autre nouveauté : la National Transport Authority procèdera au contrôle technique de ces véhicules visuellement. « Il y a plusieurs précautions à prendre avec ce type de véhicules. On doit faire en sorte de ne pas les abîmer », fait-on ressortir.

Show More

Articles Liés