Votre publicité
News

200 pannes en deux semaines : les concessionnaires accusent l’essence

Plus de 200 véhicules ont eu des problèmes techniques, depuis la fin du mois d’octobre. L’essence vendue dans les stations-service est soupçonnée d’être de mauvaise qualité par la Motor Vehicles Dealers Association. Celle-ci demande à la State Trading Corporation d’enquêter.

Le nouveau ministre du Commerce et de la Protection des consommateurs Yogida Sawmynaden a du pain sur la planche. À peine arrivé à la tête de ce ministère, il doit répondre à la question suivante : l’essence est-elle de bonne qualité ? Car près de 200 véhicules ont eu des problèmes depuis la fin du mois d’octobre.

Mrinal Teelock, Administrative secretary de la Motor Vehicles Dealers Association (MVDA), indique que durant ces deux dernières semaines, les concessionnaires membres de l’association ont reçu plus d’une centaine de véhicules dans leur atelier, en raison de problèmes qui seraient liés à la qualité de l’essence. Les véhicules roulant au diesel ne sont pas concernés pour le moment.

Les véhicules font face à deux problèmes. Primo, les voitures se mettent en mode de sécurité, car l’unité de commande du moteur ou de la transmission détecte un défaut. Le système éteint les parties les moins importantes de la voiture, telles que la climatisation et réduit la puissance. Secundo, ces véhicules peinent à démarrer.

Mrinal Teelock explique que l’association a demandé à la State Trading Corporation (STC) d’enquêter sur la question, afin de résoudre ce problème, en raison du nombre croissant de véhicules touchés. Il a aussi affirmé que cette affaire concerne tous les concessionnaires des véhicules neufs. Le problème devient récurrent sur certains véhicules.

Selon nos recoupements, c’est la cargaison que la STC a importée il y a deux semaines qui est pointée du doigt. « Cela ne concerne pas qu’une voiture, mais près de 200. Cette situation est alarmante. Pour le moment, cette affaire concerne que les véhicules à essence », fait comprendre un concessionnaire de véhicules neufs.

Pour sa part, la STC laisse entendre que les carburants importés sont les mêmes depuis plusieurs années. Yogida Sawmynaden, ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Protection des consommateurs, dit qu’il a été mis au courant de cette affaire.

« Quand j’ai interrogé les personnes concernées à la STC, elles m’ont fait comprendre qu’elles ont effectué tous les tests qui prouvent qu’il n’y a pas de problème avec les carburants », affirme-t-il dans une déclaration au Défi Quotidien.

Contactés par le Défi Quotidien, des pétroliers affirment aussi que la qualité de l’essence est bonne. « Les produits pétroliers sont importés par la STC. À chaque arrivée de produits, nous recevons un certificat de qualité de la STC qui démontre que tous les paramètres sont conformes aux spécifications. Des problèmes mécaniques sur certains véhicules ont effectivement été rapportés à nos services.

Certains de ces véhicules ont fait le plein dans nos stations et certains dans des stations autres que les nôtres. Nous avons immédiatement fait réaliser des analyses de base par un laboratoire indépendant, la SGS. Les analyses de la SGS ainsi que l’expertise effectuée à notre niveau confirment que nos carburants sont conformes aux spécifications de la STC. Nous suivons cette situation de très près avec les acteurs concernés », affirme la direction de Vivo Energy, compagnie qui représente l’enseigne Shell à Maurice.

Pour sa part, la direction de Total Mauritius affirme n’avoir reçu aucune plainte via ses gérants de station-service. La compagnie rappelle que des tests sont effectués par la STC avant le débarquement de chaque cargaison, puis par Total Mauritius à différents niveaux de la chaîne d’approvisionnement.

Afficher plus

Articles Liés

Ceci peut vous intéresser
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer