Toyota RAV 4
NewsSport Auto

24 Heures du Mans: les Toyota prennent les devants dès le départ

Archi-favorites pour la victoire finale, les deux Toyota n’ont pas raté leur départ aux 24 Heures du Mans qui a été donné samedi à 13H00 GMT, confirmant leurs deux premières places sur la grille de départ.

C’est Mike Conway au volant de la N.7, parti en pole position, qui menait la danse après 45 minutes de course, devant la N.8 pilotée par Sébastien Buemi et vainqueur sortant de la plus prestigieuse course d’endurance au monde.

Signe que Conway a bien l’intention de marquer son territoire immédiatement, il a battu le record du tour en course, qui datait de 2015, dès son 4e passage en 3:17.297.

En guise de mise en bouche pour la course, les organisateurs avaient invité sur la piste, un peu moins d’une heure avant le départ, la mythique Ford GT40 avec laquelle Jacky Ickx avait remporté, il y a 50 ans, les 24 Heures du Mans les plus serrés de l’histoire en faisant le “coup de la panne” d’essence à l’Allemand Hans Herrmann sur sa Porsche 908.

Aux côtés de son coéquipier de l’époque, Jackie Oliver, Ickx a effectué un tour du circuit en hommage à cette course historique sous les vivats du public.

Derrière le duo de tête, la Rebellion N.3 conduite par Gustavo Menezes a réussi à prendre le meilleur sur la SMP Racing N.17 de Stéphane Sarrazin pour lui chiper la troisième place, mais elle était talonnée par la SMP N.11 pilotée par le Russe Vitaly Petrov.

Malgré un nombre de participants record, avec 61 voitures au départ, il n’y a qu’assez peu de suspense sur la marque qui devrait – sauf accident ou incident technique majeur – terminer en tête dimanche dans la catégorie reine.

La principale interrogation est de savoir si l’équipage du champion de monde de F1 Fernando Alonso arrivera à enchaîner un deuxième succès de suite avec ses coéquipiers, le Suisse Sébastien Buemi et le Japonais Kazuki Nakajima alors qu’il a d’ores et déjà fait savoir qu’il ne reviendra pas dans la Sarthe l’an prochain.

Après avoir échoué dans sa tentative de qualification aux 500 miles d’Indianapolis, lui qui rêvait de devenir le deuxième pilote de l’histoire après Graham Hill à s’adjuger la “Triple Couronne” (Championnat du monde de F1, 24 Heures du Mans, Indy), il compte se tourner vers d’autres épreuves, probablement le rallye Dakar.

L’équipage composé de Conway, du Japonais Kamui Kobayashi et de l’Argentin Jose-Maria Lopez peut encore espérer remporter le titre de champion du monde d’Endurance pilotes attribué au terme de ces 24 Heures, mais il faudra pour cela l’emporter et que sa voiture-soeur ne finisse pas dans les 8 premiers.

Toyota s’est déjà adjugé le titre constructeur à l’issue de la précédente course.

Dans les autres catégories, la course est plus indécise.

Chez les LMP2, le pilote français Nicolas Lapierre, 3e temps de la catégorie au départ, a pris la tête sur sa Signatech Alpine N.11, devant la TDS Racing N.28 de Matthieu Vaxivière et la DragonSpeed N.31 d’Anthony Davidson.

Chez les GT Pro, la course était très animée, les dépassements et les attaques se multipliant. Antonio Garcia sur la Corvette N.68 tenait bon, mais les premières voitures se tenaient dans un mouchoir.

Chez les Amateurs, c’est la Ferrari F488 de l’écurie Spirit of Race, pilotée par Giancarlo Fisichella qui menait la danse, devant la Porsche 911 N.77 de Patrick Dempsey Proton avec Matt Campbell aux commandes.

Les conditions météo restaient bonnes, malgré le ciel menaçant sous lequel la Princesse Charlène de Monaco, épouse du Prince Albert, a donné le départ.

Avant cela, comme le veut la tradition, elle s’était fait présenter toutes les équipes par Pierre Fillon, président de l’Automobile Club de l’Ouest (ACO), qui organise la course, et Jean Todt, président de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), également accompagnés du basketteur récemment retraité, Tony Parker.

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer