News

En 10 ans, le volant est devenu un condensé de hautes technologies

Depuis la création de l’automobile, le volant a bien évolué. Certains constructeurs travaillent intensément à le rendre simple et (très) performant. C’est le cas d’Audi, qui développe aujourd’hui des volants pourvus d’écrans tactiles et d’une technologie de reconnaissance capacitive permettant de détecter la pression exercée par les mains du conducteur et d’agir en conséquence.

En attendant la voiture 100% autonome, le volant demeure un élément fondamental dans la conduite d’une automobile. Ces dernières années, Audi a beaucoup travaillé sur cet élément, à tel point que le plus élaboré d’entre eux, celui de la Q4 e-tron, permet de contrôler pas moins de 18 fonctions différentes, de la communication à l’infodivertissement en passant par le confort du conducteur. Il est également décliné en 16 versions différentes selon les options de personnalisation choisies.

La conception d’un volant aussi sophistiqué nécessite plusieurs étapes. Après voir déterminé les fonctions à contrôler depuis le volant, il faut ajuster où les positionner, tant d’un point de vue pratique que design. Avant d’établir de quelle manière chaque fonction sera activée : élément physique ou commande tactile. Ensuite, les finitions dépendront quant à elles du modèle concerné, de son caractère et de ses spécificités.

Le tout nouveau volant du constructeur allemand ne déroge pas à ces règles. Il doit aussi répondre à un cahier des charges très précis, notamment être aussi compact que possible, afin de pouvoir actionner n’importe quelle commande avec le pouce sans que cela interfère avec la direction.

De nouvelles technologies ont aussi fait leur apparition ces dernières années comme les petits écrans tactiles ou encore la reconnaissance capacitive. A noter que de petites bosses forment un contour entre les écrans tactiles à retour haptique afin de faciliter leur utilisation sans avoir à baisser les yeux. Quant à la reconnaissance capacitive, cela permet à la voiture de savoir si le conducteur tient bien le volant ou non, y compris dans le cas d’assistance à la conduite.

Dans un épisode de conduite semi-automatique, si les mains ne sont pas sur le volant depuis au moins 15 secondes, une série d’avertissements (visuels et sonores) sera déployée.

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page