200819 BAMYRIS
EssaiNews

Essai – Audi Q8 : Du style et de l’habitabilité

Audi se lance sur le segment des gros SUV coupés après ses concurrents. L’Audi Q8 est un savant mélange de tout ce qui plaît aux automobilistes en ce moment : c’est un SUV, il est spacieux, il est dynamique et il a un look de coupé. Voyons si le cousin de l’extrême Lamborghini Urus mérite sa place au soleil.

Audi a pris son temps, mais la marque allemande a enfin proposé un gros SUV coupé, il s’agit du Q8. Cet engin en impose par son style, même s’il est tout de même plus sobre que certains de ses concurrents directs. Allied Motors, le concessionnaire local de la marque allemande, vient de lancer à Maurice le Q8. Le Défi Moteurs a pris le volant de la version d’entrée de gamme, qui est tout de même un modèle aux prestations de luxe. Notre modèle d’essai dispose d’un noble moteur V6 essence. Le cadre bucolique des jardins de la Maison Eureka à Moka, offre un terrain de jeu adéquat à l’Audi Q8 et sa transmission Quattro, c’est-à-dire à quatre roues motrices.

L’Audi Q8 ne manque pas de personnalité, notamment au niveau de la proue. La fameuse grande calandre d’Audi prend quasiment toute la face avant. Cette bouche proéminente paraît encore plus large grâce aux phares minces et effilés. La calandre descend jusqu’à la lame avant, il n’y a donc pas de bouclier à proprement parler. Comme il s’agit d’un SUV coupé, la ligne de toit est plongeante. Mais c’est surtout au niveau du hayon que cela se ressent. La lunette arrière est presque à l’horizontale, et elle est surlignée par un petit becquet.

L’Audi Q8 a également une autre particularité des coupés : les portières se passent d’encadrement de vitres. Notre modèle d’essai dispose de bas de caisse et de passages de roues en plastique noir. C’est pratique pour protéger la peinture notamment lorsqu’on roule sur des routes jonchées de graviers, ou en tout-terrain. Mais c’est moins élégant que des bas de caisses et des passages de roues peints dans la couleur de la carrosserie, surtout sur un véhicule blanc. Le plastique noir habille également le bas du bouclier arrière. Comme c’est désormais le cas chez Audi, le pot d’échappement est dissimulé derrière le pare-chocs. Le look sportif du SUV est accentué par les feux arrière au look travaillé et qui forment une ligne horizontale sur toute la longueur de la poupe. Un bandeau noir accueille les quatre anneaux du logo.

Luxe allemand

À l’intérieur, c’est le luxe à l’allemande qui prime. Dans notre modèle d’essai, la sellerie en cuir marron est accueillante et élégante. L’assise est bonne. Quant aux matériaux et aux finitions, elles sont dignes de la marque allemande. Le tableau de bord est épuré et au design moderne. L’écran tactile principal au centre s’y intègre bien. Un second écran tactile pour la climatisation est placé juste au dessous. Notre modèle d’essai ne bénéficie pas de l’i-cockpit, cet écran qui affiche l’instrumentation. Les compteurs sont traditionnels. À l’arrière, les passagers bénéficient de beaucoup de place aux jambes et au dessus de la tête grâce au gabarit imposant de l’Audi Q8. Seule la place centrale arrière est étroite et elle est placée juste au-dessus du tunnel central. On regrette le manque de rangements dans un aussi grand véhicule. La console centrale dispose bien d’un espace de rangement sous l’accoudoir, mais il est petit, tout comme la boite à gants. Un petit vide-poche d’appoint est placé sous le volant.

Au démarrage, le V6 de trois litres se fait discret dans l’habitacle. La voiture dispose de différents modes de conduite. Nous débutons avec le mode Confort. L’auto se montre confortable. L’amortissement absorbe les aspérités de la route. Cependant, en contrepartie, la voiture tangue légèrement en virage. Ce léger roulis disparaît lorsqu’on passe en mode Sport, car les suspensions se raffermissent.

L’Audi Q8 dispose d’une boîte de vitesses automatique à huit rapports. Elle peut se piloter en mode séquentiel. Bien qu’efficace en mode automatique, cette boîte se montre légèrement lente en mode séquentiel. Les 340 chevaux ne sont pas de trop pour mouvoir les 2,17 tonnes de l’engin. Cette puissance permet à l’Audi Q8 de passer de 0 à 100 km/h en 5,9 secondes et d’atteindre les 250 km/h. La transmission intégrale, spécialité d’Audi, assure une bonne tenue de route et permet au SUV d’être à l’aise en tout-terrain.

L’Audi Q8 arrive dans un segment concurrentiel mais dispose de sérieux atouts pour faire sa place sur le marché. Son look de coupé ne sacrifie pas son habitabilité et le SUV sait se montrer dynamique. En sus, il peut facilement faire du tout-terrain. Seuls les espaces de rangements limités peuvent être classés parmi les défauts de l’Audi Q8 dont les tarifs chez Allied Motors débutent à Rs 5,93 millions.

Photo : Fabien Dubessay

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer