EssaiNews

Essai – BMW i4 M50 : Même électrique, ça reste une M

BMW a une longue histoire et une forte réputation dans le segment des berlines sportives. En proposant une version électrique de sa Série 4 et en confiant sa déclinaison sportive à son préparateur Motorsport (M), elle a pris le risque de déplaire aux puristes. Pourtant, cette BMW i4 M50 pourrait bien mettre tout le monde d’accord.

La liste des véhicules électriques disponibles à Maurice s’allonge encore un peu plus. Après le SUV iX, BMW propose sur notre marché depuis peu l’i4, première berline 100 % électrique. Comme son nom le laisse présager, l’i4 est basée sur la Série 4, la berline coupée du constructeur allemand. Lorsqu’on pense à la Série 4, et plus particulièrement à la M4, on imagine un moteur essence à six cylindres qui chante haut dans les tours et qui envoie toute sa puissance aux roues arrière. BMW a pensé aux puristes en concevant cette i4 à travers une version sportive, à savoir la M50 Gran Coupé. Il s’agit donc d’une auto préparée par Motorsport (M), la division sportive du constructeur allemand. C’est ce modèle que le Défi Moteurs a pris en main sur la magnifique route côtière et sinueuse entre La Gaulette et La Prairie dans le Sud-ouest de l’île Maurice.

Crédit photo : Fabien Dubessay

La BMW i4 Gran Coupé garde les gènes de la Série 4 Gran Coupé. On retrouve donc les caractéristiques de cette berline coupée. Alors que la marque à l’hélice avait présenté ce modèle dans un coloris blanc avec des touches de bleu qui lui donnaient un air futuriste, notre modèle d’essai semble plus classique dans cette livrée bleu mat. C’est le côté sportif qui ressort dans ce cas. La face avant est marquée par la large calandre à double haricot qui a tant fait parler. Elle marque la nouvelle signature stylistique de BMW, mais elle n’apporte pas plus d’air, car elle en grande partie fermée. En effet, un moteur électrique ne nécessite pas d’être refroidi. La signature stylistique est également assurée par les optiques qui donnent un regard agressif. Leur design est très travaillé lorsqu’on s’y attarde en détail. La calandre est tellement grande que le bouclier semble bien mince, notamment au centre où il n’est qu’une simple lame. De profil, les traits rappellent davantage une berline tri-corps qu’un coupé. On a bien cette ligne de toit plongeante, mais elle n’est pas aussi accentuée que sur d’autres modèles. Cela devrait se ressentir à l’intérieur. L’aspect coupé est souligné lorsque les portières sont ouvertes grâce à l’absence d’encadrement des vitres. Seuls les bas de caisse et les jantes à 10 branches apportent une touche de sportivité aux flancs. L’arrière a un look plus sportif avec notamment l’extracteur d’air et le petit becquet positionné sur la malle. Le dessin des feux donne de la personnalité à la poupe. De dos, l’auto semble musclée et dynamique.

Spacieux

Crédit photo : Fabien Dubessay

Mais avant de voir si la sportivité se retrouve au volant, prenons le temps de contempler l’habitacle. Une fois assis dans le siège du conducteur, la première chose qui saute aux yeux, c’est ce large écran sur le tableau de bord. Il s’agit en fait de deux écrans accolés, l’un sur la console centrale pour l’infodivertissement, et l’autre derrière le volant pour l’instrumentation. Ils permettent notamment de limiter le nombre de boutons sur le tableau de bord. Pour le reste, l’habitacle est fidèle à ce qu’on attend d’une BMW. On retrouve une profusion de matériaux nobles comme du cuir, du plastique mousseux et même du carbone. Les sièges avant sont des semi-baquets qui assurent donc un bon maintien tout en restant confortables. Notons que le coffre est accessible à travers un hayon, l’ouverture est donc bien plus large que pour une berline classique ou seule la malle s’ouvre. Les passagers arrière sont bien installés. Ils bénéficient de larges espaces aux jambes et à la tête. Seul l’entrée à bord aux places arrière pour des adultes de grande taille sera un peu moins pratique que dans une berline classique, la faute à la ligne de coupé. On s’installe plus facilement et donc plus volontiers à l’avant, ça tombe bien, c’est derrière le volant que cette BMW i4 s’apprécie le mieux.

Crédit photo : Fabien Dubessay

Nous démarrons donc les deux moteurs de la voiture. Ils sont positionnés sur chaque essieu ce qui offre une transmission intégrale. A eux deux, ces moteurs développent une puissance de 544 chevaux mais surtout un impressionnant couple de 795 newton-mètres. C’est d’ailleurs ce dernier qui surprend le plus quand on conduit cette BMW i4 M50. Rien qu’en mode Normal, les accélérations sont impressionnantes. Les quatre roues motrices ne sont pas de trop pour passer tout ce couple au sol. Que ce soit sur une route normale ou sur l’autoroute, dépasser un véhicule un peu trop lent devient une formalité. Il faut même rester attentif au compteur si on ne veut pas se faire surprendre par un excès de vitesse. Et si ces performances ne vous suffisent pas, il existe un mode Sport. Les accélérations deviennent maintenant insensées. On est collé au fond du siège. Il faut prendre le volant d’une sportive pour retrouver de telles sensations. Mais ce ne serait même pas le cas avec un moteur thermique, car le couple maximum ne vient pas tout de suite, contrairement à une motorisation électrique qui n’a pas besoin de monter dans les tours. Le couple est tellement fort que les roues patinent au démarrage lorsqu’on tente un 0 à 100 kilomètres par heure. Ce dernier est avalé en 3,9 secondes. Là encore, on remercie les ingénieurs d’avoir opté pour une transmission intégrale, on se sent un peu plus en sécurité. Un tel couple, sans oublier les 544 chevaux, serait ingérable sans un bon châssis. Heureusement, BMW a une longue expérience en sportivité. On a donc une tenue de route efficace. La direction se montre précise. On sent tout de même les 2,3 tonnes du véhicule dans les virages rapides. Mais en conduite normale, ce poids est vite oublié grâce aux performances de l’auto. En sus, l’élément le plus lourd, à savoir la batterie, est positionné le plus bas possible. Le centre de gravité est donc bas ce qui contribue à améliorer la stabilité, cela associé à une efficace suspension, permet à la berline de virer à plat en toute circonstance. Notons que BMW annonce une autonomie de 510 kilomètres.

La BMW i4 M50 Gran Coupé est une sportive électrique cachée dans un corps de berline. Elle pourrait bien convaincre les puristes adeptes de BMW sportives et luxueuses de passer à l’électrique. Son design, son habitabilité, ses équipements et, bien entendu, ses performances sont ses principaux atouts. Son poids peut être son seul défaut. On pourrait presque ajouter ses accélérations insensées parmi les défauts, car elles peuvent surprendre et donc s’avérer dangereuses dans les mains de conducteurs non avertis. La BMW i4 est disponible chez Leal & Co à partir de Rs 4,09 millions. Notre modèle d’essai, la BMW i4 M50 xDrive Gran Coupé est affichée à Rs 4,98 millions.

Fiche technique :

MOTEUR
Type Electrique
Puissance 544 cv
Transmission Intégrale
Couple 795 nm
BOITE DE VITESSE
Type Automatique
Nombre de rapports na
PERFORMANCES
Vitesse maximale 225 km/h
Accélération (0 à 100 km/h) 3,9 s
CONSOMMATION
Consommation intra-urbaine nc
Consommation extra-urbaine nc
Consommation mixte 24 kWh / 100 km
Emissions de CO2 0 g/km
Autonomie maximale 510 km
POIDS/VOLUME
Poids à vide 2 290 kg
ROUES
Jantes 255/40 R19
Afficher plus

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/srv01adm/public_html/defimoteurs_10072021/wp-content/plugins/wppas/classes/Pro_Ads_Shortcodes.php on line 433

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page