200819 BAMYRIS
EssaiNews

Essai – Mercedes Classe C 200 EQ Boost : Le coup de boost

Mercedes propose une version à hybridation légère de sa berline, la Classe C. La Mercedes Classe C 200 EQ Boost est disponible chez CFAO Motors à un tarif attractif par rapport à la version C180, qui est l’entrée de gamme.

Les berlines n’ont pas dit leur dernier mot face aux SUV dont le succès n’est plus à démontrer à Maurice comme partout ailleurs dans le monde. La berline Mercedes la plus vendue dans le monde, la Classe C, s’électrifie désormais dans sa version C200 avec l’ajout d’un petit moteur électrique qui vient soutenir le bloc de 1,5 litre. Le concessionnaire local de la marque allemande, CFAO Motors, propose la Mercedes Class C200 EQ Boost à un tarif inférieur à celui de l’entrée de gamme, la C180.

Notre modèle d’essai est affiché en showroom à un prix plus important que la version en showroom car elle dispose d’équipements supplémentaires comme le toit ouvrant, les phares à LED directionnels et les sièges électriques à l’avant entre autres. Mais ce qui nous intéresse le plus, c’est-à-dire le moteur hybride, est de série.

Comme on en a désormais l’habitude chez les constructeurs premiums tel que Mercedes, le design de la dernière génération de la Classe C ne diffère guère de la précédente. On retrouve les gènes de la berline allemande avec le large logo au centre de la calandre, par exemple. Les lignes sont douces toutes en courbe. À l’avant, seul le bouclier arbore un style sportif avec de larges entrées d’air fictives sur les côtés et une lame affûtée au centre. Les phares sont modernes avec un dessin futuriste.

Sur les côtés, le dessin est classique. On retrouve le profil tricorps classique d’une berline. Dans notre modèle d’essai, des touches de noir au niveau des coques de rétroviseurs et autour des vitres cassent cette sobriété. Les rondeurs de la Classe C se retrouvent au niveau de la poupe, notamment au niveau des feux. Ils sont élégants mais manquent d’originalité à notre avis. À l’arrière aussi le bouclier offre une touche de sportivité avec un extracteur d’air et deux sorties d’échappement. Malheureusement, ces sorties d’échappement sont artificiellement élargies pour accentuer le style sportif.

À l’intérieur de la voiture, les habitués de la marque allemande ne seront pas dépaysés. Rien qu’au volant et sur le tableau de bord, on reconnaît tout de suite l’ambiance Mercedes. Les matériaux sont nobles et les finitions sont bonnes. Notre modèle d’essai dispose d’une confortable et élégante sellerie en cuir noir. L’instrumentation est numérique avec un écran placé derrière le volant où s’affichent les compteurs. Un second écran dédié à l’info-divertissement est placé au centre du tableau de bord. Il n’est pas tactile et se manipule à travers le pad tactile et la molette placés sur la console centrale, ou via les commandes sur la branche gauche du volant. Les commandes sur la branche droite du volant servent à contrôler le régulateur de vitesse et l’écran de l’instrumentation.

Comme dans tous ses modèles actuels, Mercedes a placé le levier de vitesses à droite derrière le volant. Il ressemble à un comodo, si bien qu’on au début on le confond avec la commande du clignotant ou des essuie-glaces. Mais après un petit moment d’adaptation, ce problème disparait. Si les passagers sont bien logés, on regrette qu’à l’avant le toit soit un peu trop bas, les grands gabarits se cogneront parfois la tête sauf s’ils baissent leur siège au maximum. Comme on peut s’y attendre de la part d’une berline, le coffre est suffisamment spacieux et profond pour un usage au quotidien.

Il est temps de prendre la route pour tester cette fameuse motorisation hybride. Il s’agit d’une hybridation légère, ne vous attendez donc pas à parcourir de nombreux kilomètres en tout-électrique. Le moteur électrique développe 14 chevaux, ce qui porte la puissance totale de la motorisation à 184 chevaux. L’hybridation sert surtout à soutenir le moteur thermique au démarrage et lors des fortes accélérations. Son objectif n’est pas de décupler la puissance, mais plutôt de diminuer la consommation et les émissions de dioxyde de carbone, nouvelles normes européennes obligent. La voiture dispose de quatre modes de conduite : Eco, Confort, Sport et Sport+.

Malheureusement, à notre avis la différence entre les différents modes n’est pas assez importante. Le mode Confort s’impose donc comme le plus adapté car les accélérations sont déjà suffisamment franches lorsqu’on en a besoin. La voiture est confortable que ce soit en conduite souple ou dynamique. Le train avant est précis et la Classe C 200 EQ Boost vire à plat en toutes circonstances.

La Mercedes Classe C 200 EQ Boost n’apporte pas de révolution mais évolue pour proposer une meilleure consommation et davantage d’équipements modernes. La voiture devrait permettre à la marque allemande de séduire une nouvelle clientèle notamment en étant proposée à un tarif compétitif par rapport à la version d’entrée de gamme. La Mercedes Classe C 200 EQ Boost est disponible chez CFAO Motors à Rs 2,53 millions. Notre modèle d’essai coute Rs 2,999 millions.

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer