EssaiNews

Essai – Toyota Belta : La berline qui contredit les préjugés

Toyota propose à Maurice une nouvelle berline dans sa gamme. Cette auto pourrait bien balayer d’un revers de main les préjugés qu’on peut avoir sur elle et se révéler comme une bonne alternative aux citadines et aux SUV. C’est ce que Le Défi Moteurs va tenter de confirmer à travers cet essai.

Les berlines continuent de séduire. Elles s’imposent naturellement comme alternative aux citadines moins habitables et aux SUV moins discrets. Pour de nombreux automobilistes, la première voiture est souvent une citadine. Puis ils aspirent à un véhicule plus confortable et statutaire. On pense alors bien souvent aux berlines, bien que cette catégorie de véhicules soit durement concurrencée depuis quelques années par les SUV. Mais les berlines ont leurs aficionados. Et pour les séduire la marque Toyota propose depuis peu à Maurice la nouvelle Belta. Le Défi Moteurs en a pris le volant à Phœnix pour cet essai qui doit lui permettre de convaincre les automobilistes qui pourraient éventuellement avoir des préjugés sur cette auto.

Crédit photo : Fabien Dubessay

Le design de la Toyota Belta est marqué par une certaine sobriété. Mais quand on se penche un peu plus sur son look, on ne peut que remarquer de nombreux détails qui lui donnent une certaine personnalité. Il s’agit, par exemple, du dessin du bouclier qui intègre une lame, ou la nervure qui traverse de chaque côté toute la longueur de la voiture de l’aile avant à la malle.

Pour revenir au bouclier, on apprécie l’encadrement des feux antibrouillard de couleur chrome. On retrouve ces encadrements également à l’arrière. Le bouclier avant a un design sportif qui se démarque de la sobriété du reste de l’auto. On peut également souligner les jantes à 12 branches de 16 pouces. Sans être ostentatoires, elles contribuent à embellir la Toyota Belta. Sur les côtés, on retrouve le profil classique des berlines avec tout de même un capot qui plonge légèrement vers l’avant.

Crédit photo : Fabien Dubessay

L’habitacle de la Toyota Belta est également sobre, comme l’extérieur. Mais là aussi, on souligne plusieurs bonnes notes. Dans notre modèle d’essai, qui est la version la mieux équipée, on profite d’une sellerie en cuir. Les sièges sont confortables. Des inserts sur la planche de bord et les portières donnent une touche personnelle à l’habitacle. L’écran est bien intégré au cœur de la console centrale. Le système d’infodivertissement est simple d’utilisation. Il permet de connecter un téléphone à travers le système Bluetooth. L’instrumentation est à aiguille avec un petit écran entre les deux compteurs. Cet écran permet notamment d’afficher le couple et la puissance utilisés en temps réel. Cette information inattendue dans une auto de cette catégorie permet notamment d’adapter sa conduite pour une efficience optimale.

Crédit photo : Fabien Dubessay

Si les finitions de l’habitacle sont bonnes, on regrette cependant l’utilisation de plastiques durs même dans cette version la mieux équipée. Une autre bonne surprise vient de l’habitabilité. L’espace à l’arrière est digne des berlines de la catégorie supérieure. Les passagers voyageront confortablement avec de l’espace à la tête, mais surtout aux jambes. Le coffre est également spacieux, de quoi satisfaire une famille. La Toyota Belta dispose de différents équipements comme le régulateur de vitesse, la caméra de recul et le démarrage sans clé.

Légèreté et aérodynamisme

Il est justement temps de démarrer le moteur de la Toyota Belta. Sous le capot on retrouve un bloc à quatre cylindres d’1,5 litre. Ce moteur développe 103 chevaux de puissance et 138 newton-mètre de couple. Cela peut paraître faible sur le papier, mais dans la pratique, l’auto se montre légère et bien plus aérodynamique qu’un SUV. On a donc un bon équilibre entre poids et puissance pour une conduite normale.

Mais la Toyota Belta n’est pas une sportive. Il lui faut tout de même 12 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. Le moteur est associé à une boîte de vitesses à quatre rapports. On aurait aimé avoir un ou deux rapports en plus pour notamment baisser la consommation de carburant à hauts régimes. Le châssis est, quant à lui, bien équilibré. Les suspensions, par exemple, sont suffisamment fermes pour que la voiture vire bien à plat, elle ne prend pas de roulis en virage. La tenue de route est bonne et le comportement est sain. La direction a semble-t-il était davantage réglée pour la ville que pour l’autoroute. En effet, elle est plutôt souple, ce qui permet de manœuvrer facilement à vitesse réduite. Mais le problème, c’est que la direction manque légèrement de précision à vitesse plus élevée sur l’autoroute par exemple. Le freinage est correct grâce notamment au poids contenu de la berline. On note dans l’ensemble un comportement sain sur la route et polyvalent. L’auto est aussi bien à l’aise en ville, sur les routes hors agglomération et sur l’autoroute.

La Toyota Belta fait fi des préjugés. La berline est certes fabriquée en Asie en partenariat avec un autre constructeur japonais, mais cela ne lui enlève en rien ses qualités. Il faut souligner que l’économie d’échelle permet à la Toyota Belta d’être proposée à un prix abordable. Son design est sobre, mais il est loin d’être négligé. Son habitabilité est importante et peut même surprendre dans cette catégorie, notamment aux places arrière. La voiture devrait faire le bonheur des familles qui recherchent une berline plus spacieuse et confortable qu’une citadine ainsi qu’une alternative aux SUV. La berline japonaise a comme principal avantage son rapport qualité-prix. La Toyota Belta est proposée chez le concessionnaire Toyota (Mauritius) à partir de Rs 980 000. Notre modèle d’essai est affiché à Rs 1,04 million.

Afficher plus

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/srv01adm/public_html/defimoteurs_10072021/wp-content/plugins/wppas/classes/Pro_Ads_Shortcodes.php on line 433

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page