EssaiNews

[Essai vidéo] BMW iX : Un bond vers le futur

BMW ne s’est pas contentée de prendre un modèle existant parmi ses SUV pour lui coller un moteur électrique. Il propose un véhicule futuriste et imposant à travers le BMW iX, le premier SUV électrique de la marque allemande.

C’est un véritable bond dans le futur que nous propose BMW à travers sa nouvelle machine à voyager dans le temps : le SUV électrique iX. Ce véhicule est d’ores et déjà disponible sur le marché mauricien et Le Défi Moteurs en a pris le volant pour un essai semi-urbain. Nous l’avons emmené, entre autres, dans une zone résidentielle chic des Plaines-Wilhems, là où nous devrions le voir le plus souvent. Leal & Co, le concessionnaire BMW à Maurice, nous a confié l’iX40. Mais nous avons aussi pu tester l’iX50, mieux équipé et surtout plus puissant, en fin d’essai. On y reviendra.

Le BMW iX est un SUV aux dimensions imposantes. Le véhicule mesure presque 5m de long. Il est trapu et massif, notamment au niveau de l’arrière. La garde-au-sol est faible, ce qui donne visuellement l’impression que les suspensions sont écrasées sous le poids du véhicule. Cependant, cette faible garde-au-sol contribue à baisser le centre de gravité, ce qui doit jouer en faveur du dynamisme.

Nous le découvrirons lorsque nous prendrons la route. La face avant est futuriste mais aussi imposante. Elle est marquée par la fameuse calandre aux deux larges haricots qui a tellement fait parler d’elle. Sur l’iX, elle a deux rôles : indiquer clairement aux automobilistes qui voient arriver le SUV dans leur rétroviseur qu’il s’agit d’une BMW, ainsi que cacher les capteurs et les radars. Comme les moteurs thermiques n’ont pas besoin d’être refroidis par air, elle est fermée. Les phares effilés laissent de la place au bouclier qui remonte très haut sur la face avant. Tant que nous sommes à l’avant, notons que le capot ne s’ouvre pas, du moins sauf si vous êtes un technicien BMW. Mais comme les moteurs électriques ne demandent pas d’entretien régulier ni de fluides, il faudra se contenter d’une trappe cachée sous le logo pour faire le niveau de liquide lave-glace. L’arrière garde les mêmes codes que le reste de l’auto : un dessin futuriste et massif. Les feux sont encore davantage effilés que les phares avant. Les hanches sont élargies, ce qui accentue encore le côté massif de l’iX.

Dépaysement garanti à l’intérieur du BMW iX. Mis à part le logo sur le volant, tout est nouveau dans l’habitacle du SUV. On a l’habitude de dire que les intérieurs d’une même marque se ressemblent, et bien BMW a choisi de marquer le virage qu’elle prend avec l’iX. L’habitacle est futuriste. Le tableau de bord, par exemple, est épuré. Tous les réglages, l’infodivertissement et les compteurs sont regroupés dans deux écrans accolés et placés sur la planche de bord ainsi que derrière le volant. L’infodivertissement est complet, voire même un peu trop riche. Les automobilistes qui ne sont pas amateurs de nouvelles technologies auront besoin d’un certain temps pour se familiariser avec l’ensemble des menus et régler l’auto, selon leurs préférences.

Le volant est original en n’étant pas rond. Il adopte une base et un sommet plats. La console centrale est flottante à son extrémité. L’accoudoir offre un grand espace de rangement. De l’espace justement, les passagers n’en manquent pas grâce aux dimensions de l’iX. Les finitions sont bonnes tout comme les matériaux, dont un cuir écoresponsable. Le coffre offre suffisamment de volume de chargement pour une grande famille. La sonorisation Harman Kardon apporte un son de qualité et immersif comme dans une salle de cinéma.

Motricité

Le BMW iX dispose de deux moteurs électriques, un à chaque essieu. Le SUV est donc un 4X4. Cela le rend plus sûr sur la route et lui donne une meilleure motricité, car il faut bien passer les 630 newton-mètre de couple au sol. Rappelons qu’avec des moteurs électriques, le couple maximal arrive instantanément, contrairement à une motorisation thermique. Le SUV affiche une puissance de 326 chevaux, ce qui est suffisant pour donner du dynamisme au véhicule de 2,36 tonnes. Les accélérations sont donc franches, notamment en mode Personnel qui correspond au mode normal, mais surtout en mode Sport. Le mode Efficient privilégie l’autonomie aux performances. Le mode Sport raffermi également la direction qui devient donc plus sensible et plus précise.

Bien que suffisant pour un usage normal, le freinage manque un peu de mordant, la faute au poids du SUV. Mais il est possible de régler le mode de régénération d’énergie avec plus ou moins d’intensité afin d’utiliser le frein moteur. Avec la position la plus élevée, le frein moteur est suffisant pour ralentir uniquement en levant le pied de l’accélérateur. On peut ainsi conduire avec une seule pédale tout en allongeant l’autonomie. La régénération d’énergie dispose également d’un mode Adaptatif qui se combine à l’assistance au freinage. Lorsque la voie est libre, le frein moteur est très léger, mais l’auto va ralentir automatiquement avec le frein moteur à l’approche d’un obstacle comme un véhicule plus lent, un virage ou un feu rouge. En plus de sécuriser le trajet, cette fonction permet de recharger les batteries. Le BMW iX est confortable sur la route malgré une certaine rigidité assurée par le réglage des suspensions plutôt ferme mais aussi et surtout par le châssis en carbone. Ce dernier permet également de limiter le poids du véhicule. Le BMW iX prend très peu de roulis en virage et a une bonne tenue de route.

BMW iX50

Pour la conduite plus sportive, nous prenons le volant du BMW iX50. Ce modèle dispose de 523 chevaux et de 765 newton-mètre de couple. Les accélérations sont encore plus franches. Il ne faut que 4,6 secondes au SUV pour passer de 0 à 100 kilomètres par heure. C’est une accélération digne d’une auto sportive, malgré les 2,5 tonnes de l’engin. Son poids est justement son point faible en virage avec une conduite dynamique. Le train avant a un peu de mal à garder le SUV sur sa trajectoire, mais cela est compréhensible et n’impacte en rien les performances du BMW iX en utilisation normale. L’iX 50 dispose de suspensions pneumatiques contrairement à l’iX40. Cela lui permet d’adapter les suspensions aux conditions de route et à la conduite du chauffeur. Notons que BMW annonce une autonomie maximale de 425 kilomètres pour l’iX40 et de 630 kilomètres pour l’iX50.

Le BMW iX est la représentation idéale du luxe, du confort, de l’habitabilité et du dynamisme d’un véhicule électrique comme on en trouvera de plus en plus sur nos routes. Il offre un dépaysement total, voire un bond dans le futur de l’automobile premium. Si on veut vraiment lui relever un défaut, on soulignera son poids, mais uniquement dans un virage rapide. Le BMW iX40 est disponible chez Leal & Co à partir de Rs 5,81 millions.

Fiche technique :

MOTEUR
Type Electrique
Puissance 240 kW (326 ch)
Transmission Intégrale
Couple 630 Nm
BOITE DE VITESSE
Type Automatique
Nombre de rapports na
PERFORMANCES
Vitesse maximale 200 km/h
Accélération (0 à 100 km/h) 6,1 s
CONSOMMATION
Consommation intra-urbaine nc
Consommation extra-urbaine nc
Consommation mixte 191 Wh/km
Emissions de CO2 0 g/km
Autonomie maximale 425 km
POIDS/VOLUME
Poids à vide 2 365 kg
ROUES
Jantes 255/50 R21
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page