EssaiNews

Essai vidéo – BMW Série 4 : Le coupé à la bouche béante

Avec cette BMW Série 4, le constructeur allemand ose un look agressif à travers une calandre démesurée. Reste à savoir à quel point ce coupé est agressif et dynamique sur la route. Prenons donc la direction de la route sinueuse de Chamarel à bord de la BMW 430i.

On reproche souvent aux constructeurs allemands leur frilosité à faire évoluer les designs de leurs modèles. Afin de plaire au plus grand nombre, les coups de crayon des voitures modernes sont souvent consensuels. Mais la marque allemande BMW a osé proposer une calandre démesurée sur plusieurs de ses nouveaux modèles dont le coupé basé sur la plateforme de la BMW Série 3, la Série 4. Le Défi Moteurs a pris le volant de ce coupé dans sa version 430i M Sports pour un essai en mode balade sur une route qui se prête merveilleusement bien à cette voiture, la montée entre Case-Noyale et Chamarel.

Lors de sa sortie, la BMW Série 4 a tout de suite marqué les esprits avec cette calandre que nous venons d’évoquer. C’est sans aucun doute la première chose qui saute aux yeux quand on découvre la face avant du coupé. Cela a fait beaucoup parler parmi les journalistes et les amateurs. Certains auraient préféré deux «haricots» plus discrets comme sur les générations précédentes. D’autres estiment que cette bouche béante lui donne un look plus agressif. À chacun son opinion.

Cependant, il faut reconnaître que, dans la teinte noire de notre modèle d’essai, elle s’intègre bien au design de la face avant et au look dynamique de la voiture dans son ensemble. On dirait que la BMW Série 4 est prête à avaler la route, et cela nous n’en doutons pas.Le bouclier avant a un dessin très travaillé, mais il semble fragile. Heureusement le pare-chocs est dissimulé derrière la calandre. Le côté dynamique de la face avant est souligné par les phares qui lui donnent un regard agressif. Sur les côtés, on retrouve les codes stylistiques d’un coupé avec le long capot, les deux uniques portières positionnées au centre et la ligne de toit plongeante qui se termine au niveau des longues ailes arrière. Les flancs sont élancés et ils n’ont pas l’extravagance de la face avant. L’arrière est également relativement discret par rapport à la proue. Le dessin est moderne sans être avant-gardiste ou trop agressif, mais il dégage une impression de force. On note la présence des deux sorties d’échappement et de l’
extracteur d’air qui accentuent sobrement le côté dynamique.

Digne d’une sportive

L‘habitacle dans cette finition M Sport est digne d’une BMW sportive. Notre modèle d’essai arbore une sellerie de couleur bordeaux. Comme la calandre, cette couleur peut plaire ou pas, mais elle a l’avantage d’être originale et de valoriser l’ensemble de l’habitacle. En sus, les sièges sont semi-baquets et ils maintiennent particulièrement bien.

Tant qu’on parle de sièges, évoquons les places arrière. Elles sont étonnamment spacieuses pour un coupé. On est bien assis dans les deux places latérales, car ce sont également des semi-baquets. L’espace aux jambes et à la tête y est bonne malgré l’architecture de l’auto. La place centrale est, par contre, étroite, et donc à utiliser pour dépanner. Le seul inconvénient des places arrière est leur accès peu aisé. Pour y accéder, on rabat le siège avant, puis on laisse faire le moteur électrique qui le fait lentement avancer. Ensuite il faut se plier en deux pour s’installer à l’arrière sans se cogner la tête. Même chose pour sortir. Évidemment, quand on choisit un coupé, on ne le fait pas pour le confort des places arrière.

De retour aux places avant pour se pencher sur la planche de bord. Les amateurs de BMW ne seront pas dépaysés. Les finitions sont bonnes. Si le haut de la planche de bord a un look plutôt sobre avec un discret écran d’infodivertissement, des classiques compteurs à aiguilles et une couleur noire passe-partout, le bas est plus riche, voire trop riche. On regrette le grand nombre de boutons alors que la tendance est aux planches de bord épurées, mais cela a l’avantage d’être plus intuitif que la navigation dans les menus d’un ordinateur de bord.

Il est temps de se mettre au volant pour passer aux choses sérieuses, c’est-à-dire conduire. La première chose que l’on remarque est la position de conduite plutôt basse avec les jambes relativement allongées. On n’est pourtant pas dans un roadster. Notre modèle d’essai dispose d’un moteur à essence de quatre cylindres en ligne double turbo de deux litres. Ce bloc développe 258 chevaux de puissance et 400 Newton-mètres de couple. Les accélérations sont franches. Il faut 5,8 secondes à la 430i pour passer de 0 à 100 kilomètres par heure. La boîte de vitesses automatique à huit rapports est efficace. Elle peut être pilotée en mode séquentiel au niveau du levier de vitesse ou avec des palettes au volant. En mode Confort, elle privilégie la faible consommation. BMW annonce une consommation moyenne de 6,6 litres aux 100 kilomètres. Mais en mode Sport, les choses sont tout autres. Le moteur monte plus haut dans les tours et les échappements se font mieux entendre. La pédale d’accélérateur devient plus sensible. Les
suspensions déjà relativement fermes en mode Confort le sont encore davantage. Cela permet d’avoir une bonne tenue de route bien aidée par le centre de gravité bas. L’auto est collée à la route et a peu de roulis en virage.

Cependant, même en mode Confort, les aspérités de la route se font ressentir dans l’habitacle bien que l’auto les absorbe correctement. On apprécie le mode Adaptatif où l’ordinateur de bord ajuste en permanence les réglages à la conduite. Notons que BMW annonce une vitesse maximale de 250 kilomètres par heure.

La BMW Série 4 ne déçoit pas. La voiture se montre aussi élégante et agressive qu’efficace et dynamique. La calandre peut ne plaire à tout le monde, mais elle a l’avantage de donner du caractère au coupé. S’il faut trouver des défauts à cette voiture,on soulignera l’accessibilité peu aisée aux places arrière et le grand nombre de boutons. Mais, pour le reste, la 430i M Sport est une réussite. La BMW 430i M Sport est disponible chez Leal & Co à Rs 4,929 millions.

Photo : Fabien Dubessay

Fiche technique :

MOTEUR
Cylindres/type 4 / en ligne
Cylindrée 1 998 cc
Puissance 258 cv
Transmission Arrière
Carburant Essence
Couple 400 Nm
BOITE DE VITESSE
Type Automatique / séquentielle
Nombre de rapports 8
PERFORMANCES
Vitesse maximale 250 km/h
Accélération (0 à 100 km/h) 5,8 s
CONSOMMATION
Consommation intra-urbaine 7,7 l/100 km
Consommation extra-urbaine 5,3 l/100 km
Consommation mixte 6,6 l/100 km
Emissions de CO2 151 g/km
Contenance réservoir 59 l
POIDS/VOLUME
Poids à vide 1 545
ROUES
Jantes 19 pouces
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page