News

L’automobile prend le virage électrique et devient (presque) définitivement branchée

Il ne s’est jamais vendu autant de voitures électriques dans le monde qu’en 2021, et ce n’est qu’un début. Il faut dire que l’offre ne cesse de s’étoffer et que les prix deviennent plus attractifs, notamment grâce aux aides fournies par les Etats. La bascule définitive vers le tout-électrique est attendue entre 2030 et 2040, selon les régions. Voici l’épisode 8 du Calendrier de l’Après, notre cahier de tendances 2022.

Les ventes décollent un peu partout dans le monde

Le parc mondial de voitures électrifiées s’élève désormais à près de 13 millions de véhicules, dont 8,5 millions sont des modèles à zéro émission, exclusivement alimentés par de l’électricité ou de l’hydrogène. Même si cette flotte ne correspond qu’à seulement 1% du parc roulant mondial, la dynamique est définitivement lancée. En 2021, les ventes de voitures électriques ont ainsi progressé de plus de 80%, pour atteindre les 5,6 millions d’unités écoulées, grâce notamment aux engagements sans précédent pris par l’industrie et les gouvernements du monde entier au cours de ces dernières années.

C’est en Chine qu’il y a aujourd’hui le plus de véhicules électrifiés en circulation (5,5 millions), loin devant l’Europe (4,1 millions). A eux deux la Chine et l’Europe abritent donc les trois quarts de la flotte électrique mondiale. Les États-Unis suivent, avec près de deux millions de véhicules électrifiés en circulation. En Europe, pour la première fois, les ventes de voitures électrifiées ont dépassé celles dotées de moteurs Diesel durant l’été 2021. Si les modèles essence demeurent majoritaires, la dynamique de vente des véhicules électriques n’a jamais été aussi forte. A noter qu’à partir du printemps 2022, l’intégralité des ventes de voitures neuves en Norvège devrait concerner des modèles électrifiés, 100% électriques ou hybrides rechargeables. Cela fera du pays scandinave le tout premier au monde à basculer complètement dans une nouvelle ère totalement électrique.

Selon une étude publiée par le cabinet Ernst & Young, il devrait se vendre une majorité de modèles électriques dans le monde à partir de 2033. En Europe, le point de bascule pourrait même intervenir plus rapidement, dès 2028.

Vers une offre 100% électrique d’ici moins de 20 ans

A l’occasion de la COP26, la plupart des grands constructeurs se sont officiellement engagés à stopper intégralement la production de véhicules à moteur thermique d’ici 2040 au plus tard. Les autres ont déjà pris des mesures allant dans ce sens. Le constructeur précurseur en la matière, c’est Volvo. Aujourd’hui, tous ses modèles sont 100% électriques ou hybrides rechargeables. Mais qu’il s’agisse de Ford, General Motors, Jaguar Land Rover, Mercedes-Benz ou encore Volkswagen, tous les plus grands groupes automobiles envisagent de ne plus produire de modèles thermiques d’ici 15 ou 20 ans grand maximum. Pour rappel, en France, la loi d’orientation des mobilités acte déjà, également pour 2040, la fin de la commercialisation des voitures thermiques.

Des prix qui n’en ont pas fini de baisser

Longtemps considéré comme le frein principal pour acheter une voiture électrique, le prix devrait considérablement baisser dans les années à venir. Le point de bascule devrait intervenir, au plus tard, en 2027. A cette date, ces voitures devraient en effet, en moyenne, être moins chères que des modèles essence et Diesel équivalents. A partir de 2026, une berline électrique devrait revenir à moins de 20.000 euros, avec une tendance toujours à la baisse, même si beaucoup moins prononcée, les années suivantes. A l’horizon 2030, un SUV et une citadine électriques devraient coûter en moyenne respectivement aux alentours de 20.000 et 10.000 euros, soit deux à trois fois moins qu’aujourd’hui.

Toujours plus d’infrastructures de recharge

La France devrait compter près de 700.000 bornes de recharge électrique mises à disposition dans l’espace public à l’horizon 2030, contre un peu moins de 50.000 actuellement. En comptant celles installées par les particuliers, ce sont au total 6,3 millions de points de recharge qui devraient être déployés d’ici moins de 10 ans. Pour rappel, l’objectif du gouvernement est d’atteindre le million de points de recharge publics d’ici 2030, mais on sait que ces objectifs sont particulièrement optimistes. Rien que pour fin 2021, les 100.000 bornes initialement prévues ne seront pas atteintes.

En Europe, les Pays-Bas, avec une moyenne de 47,5 points de recharge tous les 100 km, font figure de bon élève en la matière, devant le Luxembourg (34,5) et l’Allemagne (19,4). La France, avec un score de 4,1 points de recharge disponibles tous les 100 km, a quant à elle encore du chemin à faire.

A l’avenir les différents opérateurs devront également rendre leurs bornes de recharge compatibles à tous, afin de simplifier la vie des automobilistes, surtout dans le cadre de longs trajets, traversant plusieurs pays. A terme, il suffira de brancher sa voiture sur n’importe quelle borne, et la charge et le paiement s’effectueront automatiquement.

Afficher plus

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/srv01adm/public_html/defimoteurs_10072021/wp-content/plugins/wppas/classes/Pro_Ads_Shortcodes.php on line 433

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page