Essai

Mitsubishi L200 : bête de somme

Your performance partner

Métamorphosée, la cinquième génération du L200 entend bien reprendre sa place dans le cœur des Mauriciens, à l’instar du Strada importé par les spécialistes du « reconditionned » à la fin des années 90. Il se pose en sérieux concurrent au Ford Ranger et au Toyota Hilux.

A l’occasion de ses 37 ans d’existence célébrés en 2015, la Mitsubishi L200 Sportero a reçu une nouvelle dose de testostérone. Les rondeurs d’hier se sont estompées au profit de lignes plus athlétiques, rehaussées par l’imposante calandre chromée et des optiques effilées. Doté d’un nouveau châssis, d’un nouveau moteur et d’une nouvelle transmission, le pick-up imaginé par le designer en chef de la marque aux trois diamants, Akinori Nakanishi, a pour ambition d’en découdre avec les best-sellers de ce segment, l’irrésistible Ford Ranger et le non moins séduisant Toyota Hilux.

Véritable passe-partout, le L200 s’attaque aux pentes aigues sans problème avec le Hill Start Assist qui l’empêche de glisser vers l’arrière.

Présenté cette année-là au Salon de Genève, le L200 connu sous différentes appellations dans divers pays – Triton en Australie et en Israël, Strada aux Philippines –, espère reprendre sa place dans le cœur des Mauriciens après un ultime « facelift », à l’image de son aîné de la troisième génération, l’increvable Strada importé par les spécialistes du « reconditionned » à la fin des années 90.

Equipé d’un moteur quatre cylindres de 2,5 L Turbo Diesel Common Rail DI-D, le double-cab que nous avons lancé sur les sentiers défoncés de Médine n’a pas à rougir de ses performances. Avec ses 136 chevaux et un couple de 430 N-m, il franchit avec facilité la gadoue sans valser grâce au Hybrid Limited Slip Differential (LSD) qui agit aussi comme un ABS. L’ABS lui-même est couplé avec un Electronic Brake-force Distribution (EBD) qui permet de freiner à sec, même avec un chargement.

Véritable passe-partout, le L200 s’attaque aux pentes aigues sans problème avec le Hill Start Assist qui l’empêche de glisser vers l’arrière. Sur l’asphalte, c’est un vrai monstre, surtout avec sa longueur de 5,2 mètres qui forcera tout véhicule de petit gabarit à se déplacer lorsque le conducteur vous verra venir dans son rétroviseur. Si on ne fait pas attention, on dépasse aisément la limitation de vitesse sans qu’aucune grosse vibration ne se ressente à l’intérieur. Maniable, le pick-up nippom dispose d’un rayon de braquage de 5,9 mètres, ce qui permet de bien manœuvrer cette bête de somme.

Mitsubishi L200

Mitsubishi L200

Mitsubishi L200

Mitsubishi L200

Mitsubishi L200

Mitsubishi L200

Mitsubishi L200

Mitsubishi L200

Mitsubishi L200

    Sobrement équipé, offrant cinq vraies bonnes places, l’habitacle du L200 semble avoir été emprunté à l’Outlander. La planche de bord ergonomique permet d’accéder avec facilité aux différentes commandes. Le plastique dur est d’un niveau satisfaisant mais il ne faut toutefois pas oublier que ce véhicule est avant tout dédié à un usage quotidien. Les sièges avant offrent une meilleure assise tandis que les passagers disposent de sièges arrière légèrement inclinés, ce qui change des angles de 90° et qui font moins ressentir l’amortissement en ressorts à lames.

    Avec son caisson de 1,52 mètre et de 2,23 mètres carrés pouvant accueillir une tonne de fret, le L200 a tout pour combler un agriculteur, voire un entrepreneur en bâtiment et travaux publics, ou même un amateur de sorties en quad le week-end. Avec une capacité de remorquage de 3,1 tonnes, le double-cab est un costaud. Muni de caméra de recul, système multimédia tactile avec écran de 6,1 pouces, régulateur de vitesse et climatisation bi-zone, il est aussi proposé avec des options telles que le démarrage sans clé, les feux xénon et la sellerie en cuir.

    Avec son caisson de 1,52 mètre et de 2,23 mètres carrés pouvant accueillir une tonne de fret

    Sept airbags, dont un pour les genoux du conducteur également en option, agrémentent le L200 pour plus de sécurité. Un « immobilizer » devrait décourager d’éventuels voleurs. Les vitres peuvent être baissées 30 secondes avant l’ouverture des portes et vice-versa. Les phares s’éteignent automatiquement et les essuie-glaces s’adaptent à la vitesse du véhicule.

    Pour le Salon de l’automobile, le L200 est proposé par Leal & Co au prix promotionnel de Rs 1 235 000. Le véhicule vient avec l’incontournable kit Bluetooth et des jantes en alliage de 16 pouces. La version à 178 chevaux, elle, est offerte à Rs 1 335 000, avec feux diurnes et « cruise control » à la clé.

    Le Mitsubishi L200 a un frère jumeau qui vient d’Italie. Le Fiat Fullback est récemment arrivé à Maurice et depuis, il est « dissimulé » au fond du showroom d’ABC Autotech, à Roche-Bois, en attendant qu’une décision soit prise quant à sa commercialisation.

    Show More

    Articles Liés

    Ceci peut vous intéresser

    Close
    Close