Moto

Moto Stock 600 : un Mauricien s’impose en Europe

200819 BAMYRIS

Luc Mamet est le premier Mauricien à avoir remporté une course de moto en Europe, qui plus est en Espagne où le niveau est particulièrement élevé. Retour avec le pilote sur ce week-end qu’il n’oubliera jamais.

Il l’a fait ! Grâce à Luc Mamet, 25 ans, le quadricolore mauricien a flotté haut lors d’une cérémonie de podium d’une course de moto en Espagne. En effet, le jeune homme est le premier Mauricien à monter sur la plus haute marche du podium à un tel niveau en moto, et plus précisément dans le championnat espagnol FIM CEV Repsol. C’était le dimanche 18 juin sur le circuit de Barcelone-Catalogne.

En Espagne, les championnats sont relevés. On ne compte plus les pilotes espagnols qui brillent dans toutes les catégories, à commencer par le champion du monde 2013, 2014 et 2016 de Moto GP, Marc Marquez. Luc Mamet a remporté la course dans la catégorie Stock 600. Le pilote de l’écurie Stratos a devancé le Français Philippe La Gallo. Ce n’est pas tout : avec cette victoire, le pilote mauricien prend la tête du championnat.

Luc Mamet

Le week-end avait pourtant mal commencé pour Luc Mamet, victime d’une panne de réveil le samedi matin avant les essais qualificatifs. Mais cela ne l’empêche de boucler son meilleur tour en 1’59,511 ce qui le place en pole position de sa catégorie pour la première course du lendemain avec deux secondes d’avance.

Luc Mamet

« Le jour J est finalement arrivé. Ma principale inquiétude était qu’aucun de nous ne puisse piloter plus de neuf tours à cause de la chaleur. Je perdais également mes sensations dans la main gauche après six ou huit tours. Nous avions deux courses de 17 tours chacune à compléter. La pression était au fond de moi, avec l’excitation de ma première course à ce niveau. Quelle sensation super d’être sur la grille de départ avec tous les spectateurs autour, c’était énorme et nouveau pour moi. La visière baissée, prêt à y aller, le feu rouge s’éteint, lançant le tour de chauffe. Ce tour complété, on s’arrête sur la grille. Une fois de plus, on attend l’extinction des feux, et on part ! » raconte Luc Mamet dans une déclaration exclusive au Défi Moteurs quelques jours après cette course.

Luc Mamet prend un bon départ et remonte quelques places au classement général. Mais après quelques virages, il fait une erreur au freinage, ce qui le fait tirer tout droit. Il expliquera plus tard avoir eu un problème de frein. Néanmoins, il reprend la piste et parvient à reprendre la tête.

Luc Mamet

Luc Mamet croit à la victoire jusque dans le dernier tour où un pilote plus expérimenté le dépasse au freinage du virage numéro 10. La lutte est intense entre les deux pilotes et ils passent la ligne d’arrivée au coude à coude. Le pilote mauricien s’incline pour seulement 0,142 seconde, soit un clin d’œil. « J’étais heureux d’avoir terminé ma course mais très déçu de ne pas garder la tête jusqu’au bout. Ce fut difficile de me reconcentrer mais je savais qu’il y avait encore une course à faire », explique Luc Mamet.

Dans la seconde course, Luc Mamet choisit un pneu plus tendre, donc plus efficace en début de course. Il prend un départ correct, même s’il a enclenché le second rapport au lieu du premier. La lutte est intense dans les premiers tours. Au second tour, Luc Mamet évite de justesse de percuter le pilote qui le précède quand celui-ci fait une grosse chute. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, la chute de ce pilote Moto 2 ralentit les adversaires du pilote mauricien de la catégorie Stock 600. Il en profite pour creuser l’écart.

« Quelle sensation super d’être sur la grille de départ avec tous les spectateurs autour, c’était énorme et nouveau pour moi. »

Le panneauteur de Luc Mamet lui indique maintenant qu’il est en tête avec quatre secondes d’avance sur son plus proche poursuivant. Une fois de plus, le pilote de l’écurie Stratos perd ses sensations dans la main gauche. Mais cela ne l’empêche pas de creuser l’écart qui passe à huit secondes.

Il reste alors dix tours à couvrir. Malgré la chaleur qui l’accable et le manque de sensation dans la main qui gère l’embrayage, Luc Mamet continue de pousser, à tel point que même son équipe lui fait signe de ralentir. « A cinq tours de l’arrivée, mon corps me dit aussi de ralentir, mais ma tête me dit de continuer de pousser », dit-il.

Finalement, il franchit la ligne d’arrivée en tête avec pas moins de 26 secondes d’avance. « C’était une sensation incroyable, difficile à décrire ! » lance le pilote mauricien qui n’oublie pas de remercier tous ceux qui ont contribué à l’emmener là où il est.

Prochaine étape du championnat le 3 septembre sur le circuit d’Estoril, au Portugal, avant trois courses en Espagne : le 17 septembre sur le circuit de Jerez, en octobre sur le MotorLand d’Aragon, et enfin en novembre sur le circuit de Valence. S’il trouve le financement nécessaire auprès de sponsors, Luc Mamet espère pouvoir s’engager également dans des courses du championnat European Stock 600. En attendant, le pilote mauricien a le potentiel de gagner le championnat FIM CEV Repsol dans la catégorie Stock 600. Il espère ensuite passer en Stock 1 000 ou en Moto 2 pour la saison prochaine.

Luc Mamet

FIM CEV REPSOLFIM CEV Repsol, kézako ?

Le championnat FIM CEV Repsol a la particularité d’intégrer différentes catégories de moto, dont la Superstock 600 et la Moto 2. Les machines de Moto 2 sont des prototypes conçus spécialement pour la course alors que celles de Superstock 600 sont des motos de route préparées pour la compétition.

Afficher plus

Articles Liés

Ceci peut vous intéresser

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer