NewsSport Moto

MotoGP : Stop ou encore pour Marc Marquez aux Pays-Bas ?

“Redescendre sur terre”: une semaine après avoir renoué avec la victoire après une grave blessure, Marc Marquez ne compte pas “en rester là” mais ne s’attend pas à rééditer l’exploit aux Pays-Bas, en MotoGP, de vendredi à dimanche.

D’autant qu’entre Fabio Quartararo (Yamaha), leader du championnat, les KTM de Miguel Oliveira et Brad Binder, et les pilotes Ducati Jack Miller, Francesco Bagnaia et Johann Zarco (Pramac), la concurrence est relevée.

Ainsi, quatre constructeurs différents (Ducati, Yamaha, KTM et Honda) se sont imposés lors des quatre dernières manches, ce qui n’était plus arrivé depuis… 1975.

Et Suzuki, à l’aise sur les tracés tortueux, aimerait poursuivre la série à Assen, théâtre de la 9e manche de la saison (sur 19 actuellement programmées) et la dernière avant la trêve estivale.

“Bien sûr, gagner m’a apporté énormément de motivation. On est maintenant convaincus qu’on peut le faire… mais dans le futur”, développe Marquez (Honda), dont le succès en solitaire dimanche au Grand Prix d’Allemagne était le premier après avoir manqué la saison 2020 et le début de 2021 à cause d’une fracture de l’humérus droit (soit 581 jours sans s’imposer).

“L’objectif est de progresser par rapport au Mugello ou à Montmelo, pas au Sachsenring”, continue le sextuple champion du monde dans la catégorie reine de la vitesse moto et huit fois toutes catégories confondues. “Et ça veut dire faire un top 10.”

Pourquoi ? Parce que “le Sachsenring est le Sachsenring”: sur le circuit allemand, l’Espagnol de 28 ans est invaincu depuis 2010 et le peu de virages à droite lui a permis de ne pas souffrir de sa blessure et de ses complications.

“Les autres courses seront différentes, Nous sommes toujours dans une passe difficile. Ca ne change pas tout”, termine Marquez, qui espère encore des progrès pendant les cinq semaines de trêve estivale.

Quartararo: “pour gagner”

A Assen, surnommé “Temple de vitesse” et “Cathédrale de la moto”, ce sont douze virages à droite et seulement six à gauche qu’il lui faudra avaler.

Un tracé au goût de Fabio Quartararo, là “pour gagner”. “C’est un de mes circuits favoris et il réussit bien à la Yamaha”, fait remarquer le Français, 2e en Moto3 en 2015 et en Moto2 en 2018, puis poleman et 3e de la dernière édition en 2019, remportée par Maverick Vinales (Yamaha).

Son compatriote Johann Zarco espère lui rebondir après un GP difficile en Allemagne (8e). “C’est nécessaire pour le championnat”, rappelle-t-il. “Et c’est toujours bien d’avoir un bon résultat avec les vacances d’été.”

En 2020, la classique néerlandaise avait été annulée à cause du Covid-19, alors qu’il s’agissait jusque-là de la seule manche à avoir accueilli le Championnat du monde depuis sa création en 1949.

Son retour se fera en présence de 11.500 spectateurs, avant des tribunes pleines en Autriche, sur le Red Bull Ring de Spielberg, les 8 et 15 août, après la pause estivale.

Ce sera, par contre, sans Franco Morbidelli (Yamaha-SRT), blessé au genou gauche et qui doit être opéré vendredi. L’Italien est remplacé par l’Américain Garrett Gerloff (25 ans), pilote de Superbike qui a déjà pris part à des essais libres en MotoGP avec Yamaha à Valence l’an dernier.

En Moto2, l’Australien Remy Gardner (36 points d’avance chez les pilotes) vise une quatrième victoire consécutive. En Moto3, la chasse se poursuit derrière le phénoménal débutant espagnol Pedro Acosta, 17 ans, leader avec 55 longueurs d’avance sur son premier poursuivant.

Mais avec des averses attendues samedi et dimanche, les favoris pourraient avoir quelques surprises…

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page