News

Port Louis : Calligraphie arabe, un Land Rover se prête au jeu

Diaa Allam est un des rares artistes à pratiquer l’art sur les véhicules. Cet Égyptien, basé à Dubaï, a montré son talent de calligraphe sur un Land Rover Defender à Port Louis Waterfront. Sa passion pour la calligraphie arabe remonte à son enfance.

Événement particulier récemment dans la capitale. Muni d’un feutre noir, Diaa Allam scrute un Land Rover Defender de couleur blanche. Il s’apprête à réaliser une calligraphie arabe sur la carrosserie devant les membres du public et des artistes locaux.

Diaa Allam est d’ailleurs un Urban Planner and Landscape Architect de profession. Il a fondé Naht De-signs !, la première marque de calligraphie arabique dans le domaine de la mode et « lifestyle » aux Émirats arabes unis. Il est aussi spécialiste de graffitis.

Sa visite s’insère dans le cadre de la première édition de la Mauritius International Art Fair (MIAF), organisée par ZeeArts et l’Economic Development Board, du 8 au 11 août 2019. Il s’agit de sa première visite à Maurice. « Quand j’ai reçu l’invitation, je ne connaissais pas trop l’île. Lors de mes recherches, j’ai découvert la beauté de Maurice et j’étais excité à l’idée de venir ici. J’étais impressionné par ses paysages et sa culture. Vous avez une riche culture qui mérite d’être explorée », dit-il.

Le calligraphe égyptien souhaite réaliser une œuvre axée sur le thème de la MIAF – « Fostering Unity, Celebrating differences » (promouvoir l’unité, célébrer les différences). En début d’après-midi, il termine sa démonstration. Un dodo s’affiche fièrement sur le flanc du baroudeur.

Cela fait quatre ans depuis qu’il pratique l’art en public. Diaa Allam l’a commencé à Dubaï. « Je l’ai fait dans d’autres pays et maintenant Maurice. C’est une belle expérience », dit-il. Il pratique la calligraphie arabe sur plusieurs surfaces, notamment les murs et les canevas.

Diaa Allam est un passionné de la calligraphie arabe depuis qu’il est très jeune. « À travers cette forme artistique, je peux m’exprimer et aussi vivre ma culture en tant qu’Arabe. J’aime apprendre et venir avec de nouveaux styles avant de les pratiquer à plus grande échelle. Pendant huit ans, je me suis perfectionné. Aujourd’hui, je suis connu à travers mon art. Et je le prends en toute humilité », confie notre interlocuteur.

« Je pratique la calligraphie sur plusieurs surfaces. Ce n’est qu’en 2015 quand j’ai quitté l’Égypte, mon pays natal, pour Dubaï où j’ai découvert une nouvelle possibilité. J’ai d’abord élaboré une calligraphie sur ma propre voiture. J’étais satisfait du résultat. J’ai renouvelé l’expérience sur une autre voiture » dit ce grand fervent de l’automobile. Diaa Allam fait ressortir que la voiture étant en 3D, il doit s’assurer que l’œuvre a une cohérence. « Cela nécessite beaucoup de réflexion », conclut-il.

Photo : Marjoreland Potiah

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page