NewsVintage

SaleemBoodhoo : Une passion adjugée pour l’automobile ancienne

Saleem Boodhoo carbure à la nostalgie. Les voitures anciennes lui rappellent les moments passés avec son père. Sa collection compte actuellement quatre voitures dites vintage. Se consacrer à l’entretien de ses voitures est d’ailleurs son unique passe-temps.

Saleem Boodhoo, 47 ans, est connu comme commissaire-priseur. Cet habitué de ventes aux enchère sa un faible pour l’automobile ancienne. Une partie de sa collection se trouve à son bureau à la rue Brabant, Port-Louis. Les autres sont à son domicile à Beau-Bassin. Il a hérité de sa passion pour les voitures anciennes de son père.

«Il ne collectionnait pas les voitures classiques. Si une voiture lui plaisait, il l’achetait. Il emmenait souvent la famille faire des balades en voiture», se souvient Saleem Boodhoo. Un de ses plus beaux souvenirs concerne une voiture de luxe une «Austin Princess» de 1972 qui appartenait à un ancien Gouverneur de l’île Maurice. «Je devais avoir 5 ans quand mon père l’a achetée en 1979 ou 1980. Nous sortions ou nous allions aux mariages dans ce véhicule», ditce Port-louisien. Ensuite, l’Austin Princess a été vendue. En 1997, il décide de pratiquer le métier de son père. Il devient alors commissaire-priseur.

Dix-huit ans de cela, Saleem Boodhoo a le coup de foudre pour un Land Rover Series. Guidé par la voix de son cœur, il se l’offre, mais « mo pa inn gagn le tan tro roule ». Par la suite, il investit dans un Mini Pickup. Six ans après, il importe un Jeep de 1965 de Japon. « Je voulais faire venir un modèle de Jeep, mais son volant était à gauche. Il n’était donc pas possible de l’importer», dit-il. Sa collection s’étend avec une Jaguar S-Type de 1965, une Mercedes SLC 450 de 1974 et une MG Magnette de 1957. Cette dernière vient d’Afrique du Sud.

Les voitures sont en bon état quand elles débarquent à Maurice. «Les voitures anciennes sont économiques et robustes. Il suffit juste de bien prendre soin d’elles», fait ressortir Saleem Boodhoo. Il comprend également le système mécanique de ces engins. Il indique que si besoin est, il faut commander les pièces de rechange et « cela coûte cher ». «Madam dir mo zis depans kass lor loto. Me samem mo passe-temps», dit-il.

L’intervenant raconte que les Mauriciens aiment les voitures anciennes. «Elles réveillent beaucoup de souvenirs chez bon nombre de nos compatriotes. Ena dimounn kontan tir foto akoté ban loto la», dit Saleem Boodhoo. Ses deux fils sont aussi de passionnés d’automobile.

Photos : Waren Marie

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page