NewsSport Auto

WRC/Rallye de Monza : Sordo en tête, Ogier et Evans se neutralisent

Dani Sordo (Hyundai) est en tête du Rallye de Monza, dernière manche du Championnat WRC, vendredi soir, devant Esapekka Lappi (Ford) alors que dans le duel pour le titre mondial Sébastien Ogier, 3e, devance de cinq secondes Elfyn Evans, son coéquipier chez Toyota, 4e.

“C’était très difficile aujourd’hui, ça glissait beaucoup et l’adhérence changeait tout le temps. Pas évident de ne pas faire d’erreur”, a résumé Ogier à l’arrivée du dernier chrono d’une journée remplie de pièges de toutes sortes, dans le parc du vieil Autodrome de Monza, près de Milan.

Au terme de cette ES6 disputée dans l’obscurité, Ogier et Evans, leader du championnat en arrivant à Monza, s’étaient parfaitement neutralisés. Dans des conditions extrêmes, très compliquées, comme un cocktail détonant de plusieurs rallyes mythiques du calendrier mondial.

“Nous avons essayé de trouver le bon équilibre entre garder un rythme élevé et ne pas prendre des risques énormes. Cela n’a pas été parfait mais globalement ce n’était pas une mauvaise journée. Cette journée n’a resssemblé à rien de ce que j’avais déjà vécu en WRC”, a confié Evans sur son compte Twitter.

La principale victime du jour a été Thierry Neuville (Hyundai), contraint d’abandonner après avoir d’abord abîmé sa suspension lors d’une sortie de piste sans gravité, puis moteur calé dans une grosse flaque d’eau de l’ES4.

Le Belge avait 24 points de retard sur Evans au départ du rallye et donc peu d’espoirs pour le titre. Mais c’est un coup dur pour la marque coréenne qui vise le titre constructeurs et n’a que sept points d’avance sur Toyota.

Toute la journée, il y a eu beaucoup de pluie et, ce matin, Ogier a même dû parcourir plusieurs kilomètres dans un épais brouillard, au milieu des arbres, comme s’il se trouvait en Finlande ou au pays de Galles, le pays d’Evans.

– Ogier suivi comme son ombre par Evans –

“C’est comme un rallye de Grande-Bretagne… en pneus slicks (pour route sèche, ndlr)”, plaisantait le Français au point stop de l’ES3 dans laquelle il a navigué à vue. Un mélange de portions asphaltées, de pistes en terre et de grosses flaques de boue, le tout entrecoupé de chicanes artificielles en plastique, comme dans un gymkhana régional.

Le sextuple champion du monde avait alors quatre secondes d’avance sur Evans. La visibilité s’est un peu améliorée dans l’après-midi et il en a profité pour signer, dans l’ES5, son deuxième temps scratch après la spéciale d’ouverture jeudi.

Cela ne lui a pas suffi pour rejoindre Sordo et Lappi. Car le jeune Finlandais en Ford avait pris le risque d’utiliser des pneus neige dans l’ES4. Ce pari réussi lui a permis de faire le meilleur chrono, de creuser un bel écart et de passer brièvement en tête du rallye.

Sordo, très à l’aise lui aussi, a terminé la journée comme il l’avait débutée, par un temps scratch, dans l’ES6. Il attaquera donc la journée de samedi en tête, avec une petite seconde d’avance sur Lappi. Au menu, sept épreuves spéciales dans les collines au nord de Bergame et probablement de la neige, comme au Monte-Carlo en janvier.

Côté pilotes, Evans était arrivé en Italie avec 14 points d’avance sur Ogier. Après six spéciales sur 16, les pilotes Toyota ont la situation bien en mains, mais Ogier, suivi comme son ombre par Evans, va devoir sortir le grand jeu samedi.

Si ça ne suffit pas, le Français aura encore trois spéciales dimanche matin dans le parc du circuit où se tient chaque année le Grand Prix d’Italie de Formule 1. Pour obtenir un 7e titre et égaler Lewis Hamilton.

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page