News

“On a tendance à encourager les comportements à risque” chez les garçons

A l’heure de la parité, les violations du code de la route, qui fête cette semaine son 100e anniversaire, restent un secteur largement dominé par les hommes, notamment surreprésentés dans les accidents mortels, note pour l’AFP le chercheur Florent Varet.

Spécialiste des liens entre auteurs d’infractions et constructions sociales, l’expert de l’université catholique de Lille explique que les garçons sont, dès l’enfance, encouragés à avoir “des comportements à risques”.

Les hommes conduisent-ils plus dangereusement que les femmes ?

“Au niveau mondial, près de trois fois plus d’hommes que de femmes meurent sur la route. La conduite à risque des hommes peut s’expliquer par le rôle clé de l’éducation parentale et de la socialisation au risque, qui est différenciée chez les filles et chez les garçons. Pour ces derniers, on a tendance à encourager les comportements à risques.

Un autre vecteur important est la diffusion et la réception des contenus des médias de masse (télévision, cinéma, séries). Dans la série de films “Fast and Furious” par exemple, on présente des héros masculins, musclés et virils et le public opère une association entre ces personnages et la prise de risque au volant.

Le respect de la règle et la prudence sont des caractéristiques qui renvoient davantage à la féminité.

Aucune femme n’adopterait de comportement dangereux au volant ?

Il y a une différenciation à faire entre ce qui relève du sexe biologique et de la construction sociale de la masculinité ou de la féminité.

On peut prédire les comportements à risque sur la route, indépendamment du sexe biologique des individus, en fonction de leur expression de genre: masculine ou féminine. Des travaux montrent que dans les classes sociales privilégiées, les femmes conductrices auraient un profil et un comportement qui se rapproche de celui des hommes, et la différence entre auteurs et autrices d’infractions serait moins marquée.

On va associer la masculinité à la performance, à la réussite sociale et à la domination, ce sont aussi des marqueurs associés aux classes sociales les plus élevées.

Le fait pour une femme d’accéder à cette classe peut la rapprocher des caractéristiques et des comportements inhérents à la masculinité. On retrouve cela dans l’étude d’autres comportements à risques, au-delà de la conduite automobile.

Les messages de prévention adressés à la population vous semblent-ils adaptés à la réalité des profils des morts sur la route ?

Je n’ai pas le sentiment que ces messages se basent toujours sur les connaissances scientifiques dont on dispose. Une démarche qui consisterait à tester l’efficacité des messages fait défaut et de nombreux spots de prévention consistent à jouer sur l’appel à la peur.

On capitalise sur la crainte de la mort, de la blessure ou de la perte d’un proche mais ce n’est pas toujours efficace: le public peut développer des mécanismes de défense qui se traduisent par un rejet du message, un déni et une minimisation de l’impact des comportements à risque.

Utiliser l’appel à la peur requiert d’expliquer aux gens qu’ils sont en mesure de changer leurs comportements, c’est ce qu’on appelle le sentiment d’efficacité personnelle en psychologie. L’idéal serait d’avoir des messages ciblant à la fois la population générale et le public plus spécifique des victimes de la route, sans tomber dans une stigmatisation des jeunes.”

Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page